TRAITEMENT DES FACADES

 

La pollution urbaine des façades

En zone urbaine, il y a beaucoup de particules en suspension dans l'air, elles sont issues des zones industrielles, agricole, de l'activité routière...

Ces particules se déposent sur les façades, accentuées sous l'action du vent et de l'humidité. Le premier constat visuel de ce type de pollution est la trace noirâtre. Elle se délave sous l'action de la pluie et forme alors des coulures.

Le dépôt de salissure se fait principalement à cause de l'eau au niveau :

♦ du ruissellement : un effet lavant. L'eau nettoie la façade des salissures atmosphériques. L'eau entraîne les particules qui forment des coulures noirâtres laissant des zones apparentes de la couleur de l'enduit. En quelque sorte, des taches de « propre ».

♦ du rejaillissement : C'est l'action de l'eau qui heurtant une surface faisant jonction avec la façade « rebondit » sur cette dernière.Toutes les salissures accumulées sur la jonction se retrouvent projetées sur le mur sur une bande généralement de 10 cm.

La pollution biologique des façades

Bactéries, algues, mousses, lichens, moisissures se déposent sur la façade sous l'action du vent.

Ces pollutions biologiques ont besoin d'eau, de chaleur, de lumière pour se développer et coloniser tous les types de revêtements.

C'est ce type de pollution qui donne différentes couleurs à votre façade.

Les micro-organismes issus de la pollution biologique qui se développent sur les façades ont besoin d'un environnement propice à leur développement.

Les principaux facteurs de développement des micro-organismes sont :

♦ La pluie et l'humidité : plus la région est pluvieuse plus l'encrassement est élevé. Ainsi, les régions côtières sont particulièrement sujettes aux développements des algues.
Le vent : surtout lorsqu'une façade est exposée aux vents dominants. Le vent, associé à la pluie, accélère le processus d'encrassement.
La température : les micro-organismes aiment particulièrement les températures clémentes, entre 15 °C et 40 °C pour une croissance maximum. Une humidité importante couplée à une température clémente accélère le développement des micro-organismes.

En tout premier viennent les bactéries. Sous l'action du vent et de la pluie elles se développent en se nourrissant des éléments organiques présents dans le revêtement.

Les algues apparaissent alors, surtout à l'ombre, et prolifèrent avec l'humidité ambiante. Les algues fragilisent alors le revêtement qui devient poreux, sensible à la chaleur et peut éclater.

Leur présence facilite l'apparition des champignons qui à leur tour favorisent, au bout de quelques années, l'apparition de mousses.

La prévention des salissures issues des pollutions 

Pour prévenir l'encrassement et la détérioration des revêtements et/ou supports, le premier acte est d'entretenir sa façade.

Quelles sont les conséquences de la pollution urbaine et biologique des façades ?

♦ Efflorescences d'organismes biologiques dégradants :  les algues, bactéries, lichens et champignons
♦ Fissures et décollement d'enduit de façade, dégradation des joints
♦ Décollement des peintures, tâches, salissures, changement de couleur des façades.

Quelles solutions pour y remédier ?

À chaque pathologie correspond des causes et des effets, elles peuvent être différentes en fonction des différentes pathologies.

♦ Traitement anti cryptogamiques (algues, bactéries, lichens et champignons)
♦ Traitement des fissures et des joints décapage ou lessivage des façades
♦  Remise en état des peintures “respirantes”, “anti UV” et “anti vieillissement”
♦  Hydrofugation “protectrice” des façades

Quels sont les résultats ?

♦ Des façades stables et protégées
♦ Des couleurs résistantes et uniformes
♦ Des murs sains et isolants

 

TOP